Trekking avec chameaux et randonnée dans le désert au maroc :

individuel – flexible – durable

Voyages en caravane à l’ancienne avec Akabar – Sahara Treks et l’équippe de nomades


Sprache/Language/Langue

Aider les nomades et semi-nomades de tafraout

La haute vallée de Tafraout – dans les montagnes Jbel Bani – se trouve à environ 2 heures de route de Zagora. L’électricité n’y est disponible que depuis la mi-mars 2016. Ces dernières années, les habitants de Tafraout ont construit par étapes deux routes à travers la vallée, et l’État les a soutenus en leur fournissant des équipements. Selon l’endroit où l’on habite à Tafraout, il y a plus ou moins d’eau, car la vallée est traversée par une veine d’eau souterraine semblable à un fleuve. Les puits sont donc plus ou moins profonds, comme par exemple à environ 140 m de la nouvelle école nomade. En cas de besoin, les habitants pompent de l’eau dans un réservoir ouvert situé à quelques centaines de mètres de la maison ; les femmes et les enfants transportent chaque jour de nombreux bidons d’eau dans leurs maisons. Il n’y a pratiquement pas de toilettes ni de douches.  Pour cuisiner, ils utilisent, outre le gaz, le bois ramassé lors de la transhumance quotidienne des bergers et bergères. Le produit de la vente des pastèques n’a manifestement pas été investi dans l’amélioration des conditions de logement.

Dans les montagnes, les nomades puisent l’eau, s’il y en a, dans des trous d’eau ou marchent avec un âne jusqu’à un puits plus éloigné. C’est là qu’ils font leur lessive.

Depuis 2015 environ, l’agriculture s’est développée rapidement dans la vallée de Tafraout. L’État a apporté son soutien aux agriculteurs sous la forme de réservoirs d’eau (environ 20x10x5m) et de stations de pompage. Alors que vers 2012/2013, seuls quelques semi-nomades cultivaient des pastèques dans leurs jardins, en 2022, les champs de melons se sont étendus à toute la haute vallée et jusqu’aux flancs des montagnes. Les gens se sont alors concentrés uniquement sur la culture de la pastèque, qui est la première à mûrir dans cette région du Maroc. D’anciens nomades ont acheté des terres et ont également planté principalement des pastèques. Au cours des premières années, les melons ont généré un bon et rapide revenu, mais des effets négatifs sont désormais visibles. En raison de l’offre excédentaire de pastèques et donc de la baisse des revenus, certains agriculteurs se sont déjà endettés. Depuis 2019, il n’a pratiquement pas plu et le gouvernement a donc limité la surface de pastèques à 1 ha par famille pour les prochaines saisons de culture. Il est également interdit de vendre ou de louer des terres à des investisseurs extérieurs. En 2022, on pouvait déjà voir quelques champs de céréales, des cultures maraîchères et à nouveau des champs de henné.

Le projet de plantes médicinales, soutenu par le fonds Hand in Hand de la Deutsche Umwelthilfe e.V. https://www.duh.de/zielgruppen/internationales/hand-in-hand-fonds/hand-in-hand-fonds-foerderprojekte/, offre une première alternative à la culture du melon.

Projets d’aide

Les familles nomades de Tafraout sont soutenues avec un grand engagement depuis des années par :

de la société italienne « Associazione Mondo Incantato » – https://www.assmondoincantato.com . Création d’écoles nomades et financement des enseignants, une fois par an une délégation de la société rend visite aux familles de Tafraout. Un médecin accompagnateur est à la disposition de la population. 

  Le fonds Hand in Hand de « Deutsche Umwelthilfe e.V. » https://www.duh.de/zielgruppen/internationales/hand-in-hand-fonds/hand-in-hand-fonds-foerderprojekte soutient l’ »Association Akabar pour le développement durable et la culture – الثقافة و للتنمية أكابار جمعية  » dans le projet ci-dessous, qui a été inspiré l’année dernière par Annett Z., l’invitée de trekking de Hafid Benyachou, et qui a vu le jour en été 2019.                                    

Ce projet vise à encourager les femmes rurales de la région de Tafraout/Jebel Bani à cultiver des herbes médicinales et des tisanes, afin de ne pas laisser tomber dans l’oubli le savoir relatif aux plantes médicinales. La première étape du projet consiste à trouver, enregistrer et photographier les plantes médicinales dans le Jebel Bani et dans la région des dunes. Pour ce faire, les femmes nomades âgées, qui n’ont jusqu’à présent transmis leur savoir que par voie orale, seront interrogées. Par la suite, les plantes correspondantes seront recherchées, photographiées et les conclusions seront consignées par écrit.

Dans la deuxième phase du projet, il est prévu de cultiver des herbes médicinales appropriées dans des champs de la haute vallée de Tafraout, qui seront achetés ou loués. L’exploitation des champs sera assurée par des femmes. La commercialisation et la vente seront également assurées par les femmes, qui disposeront ainsi de leur propre revenu. L’objectif est de créer une coopérative de femmes. Ce projet doit offrir des alternatives au boom de la culture des pastèques. Les effets négatifs se font déjà sentir.

Mise à jour du projet pour septembre 2020 :

Hafid Benyachou explique : « Notre association « Association Akabar pour le développement durable et la culture – الثقافة و للتنمية أكابار جمعية » a lancé, en collaboration avec le Fonds Hand in Hand, un projet d’herboristerie pour les femmes de Tafraout/Sahara. L’idée était de rechercher ces plantes aromatiques que nos parents utilisaient en et utilisent encore aujourd’hui pour se maintenir en forme et en bonne santé. Le projet montre à la jeune génération des deux écoles nomades de Tafraout/Sahara l’importance de ces plantes aromatiques dans notre vie, tout en encourageant les élèves à cultiver des herbes. Le projet Herbal donne en particulier aux femmes une chance de générer leur propre revenu. Dans le cadre du projet, quelques ordinateurs ont également été mis à la disposition des élèves. C’était la première fois qu’ils entraient en contact avec le monde de l’informatique.

Soutien privé par des trekkeurs :

Notre partenaire suisse a de nouveau mis à disposition une somme importante pour les soins médicaux des familles nomades de la région du Jebel Bani et a indiqué qu’il ferait d’autres dons. A l’avenir, des médecins rendront visite aux nomades de cette région plusieurs fois par an. Hafid Benyachou et l’association nomade « Association Akabar for Sustainable Development and Culture – الثقافة و للتنمية أكابار جمعية prévoient des mesures dans ce sens en collaboration avec les autorités sanitaires locales de Zagora.

Autres projets financés par les dons de nos trekkeurs suisses :

  • Désensablement ou approfondissement de certains puits dans la montagne.
  • Intervention de juristes pour clarifier les droits fonciers des nomades du Jebel Bani et vérifier la légalité d’un jugement.
  • Amélioration des sentiers de trekking à l’écart de la montagne.
  • Soutien des écoles nomades de Tafraout  
  • Le 14 décembre 2018, une famille de nomades en difficulté a reçu une tente fermée:     
  • Septembre 2019 : construction d’un nouveau puits

Hafid Benyachou et les nomades de l’Association Akabar ont activement soutenu les nomades de la région de Bouhjab dans la création d’une association nomade autonome qui, à l’instar de l’Association Akabar, gère elle-même ses affaires et entre en contact avec les autorités et d’autres organismes en dehors du désert : Association of Nomads Cavaran for Development in the Desert. People of Bouhjab-Elbayd.

Association de nomades Akabar, Tafraout

Association Akabar for Sustainable Development and Culture / الثقافة و للتنمية أكابار جمعية

En 2013, construction d’un conteneur d’eau surélevé grâce à des dons à l’ancienne école nomade . La conduite d’eau a été posée sur plusieurs centaines de mètres sous un champ jusqu’au terrain de l’école. De plus, les deux toilettes ont reçu l’eau courante et une grande cuisine a été ajoutée. Quelques années plus tard, l’école a reçu son propre puits.

Ingénieurs sans frontières » s’est engagé à plusieurs reprises dans la vallée de Tafraout. Ainsi, en 2015 et 2016, les puits et la qualité de l’eau ont été analysés, des conduites ont été posées et un conteneur surélevé a été construit à la nouvelle école nomade.